Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Tribune parue dans le magazine municipal à Toulouse n°66, été 2019.

Toulouse Euro Sud Ouest : comment gâcher un projet essentiel pour Toulouse

Lancé en 2009, le projet TESO-Matabiau avait pour objectif de répondre aux grands enjeux inhérents au développement de notre Métropole et de tenir compte des changements induits par la création d’une plateforme de transports multimodale, dans un souci d’équilibre et de développement partagé de l’aire urbaine et de la région. Pour certains, il était également complémentaire à la possible arrivée du ferroviaire à grande vitesse, bien que pouvant se concevoir indépendamment.
Afin que ce projet soit accepté, une large concertation avait été initiée avec les acteurs et les citoyens impliqués.
Or, M. Moudenc nous propose aujourd’hui un projet qui ne tient pas compte de l’avis des habitants, qui aura des impacts négatifs sur le plan environnemental et qui remettrait en cause l’équilibre social et économique du quartier, et au-delà, du centre ville.

Un projet imposé sans concertation

Pour se concrétiser, un tel projet a besoin d’être compris et accepté par les riverains, les associations et les acteurs économiques et sociaux. Hélas, le plan guide urbain finalisé en 2016 et qui faisait consensus a été largement modifié, sans concertation. Le nouveau document présenté en 2018 a soulevé un fort mécontentement de la part des associations et comités de quartier.

Un projet négligeant l'enjeu environnemental

La desserte automobile et le stationnement sont considérés comme prioritaires, ce qui va inévitablement augmenter de façon exponentielle le trafic routier dans le quartier. Cette logique de mobilité basée sur la voiture dénature les ambitions de TESO et a des conséquences très néfastes sur le cadre de vie, la lutte contre le changement climatique et la pollution atmosphérique. Ce sont près de 40 000 personnes qui seront amenées à fréquenter ce secteur, comme habitant, travailleur ou visiteur. Ces nouveaux flux vont engendrer, selon le Projet Mobilités 2025-2030, une augmentation de 9 % des émissions de gaz à effet de serre. Au regard de l’enjeu climatique et de santé publique, c’est inacceptable.
Par ailleurs l’ensemble ferroviaire de Toulouse – Matabiau, Périole et Raynal – doit conserver ses capacités de transport voyageurs et fret et ne doit pas être bradé aux promoteurs immobiliers.
Le site pouvait être accessible par différents modes de transports collectifs en prolongeant la ligne de tramway de Saint-Michel jusqu’à Matabiau, achevantainsi la boucle initialement prévue, en attendant l’hypothétique 3e ligne de métro, dont la réalisation est conditionnée à un phasage pour un financement soutenable.

Un projet déséquilibré remettant en cause la mixité du quartier

Le volume de commerces aujourd’hui prévu (de 35 000 à 50 000 m2) suscite des inquiétudes dans le quartier mais aussi auprès des commerçants du centre-ville qui redoutent un déséquilibre inexorable. Les 300 000 m2 de bureaux prévus sont disproportionnés, il faudrait des décennies pour les remplir au rythme du développement actuel. 
La création d’ un pôle de mobilité central autour d’un quartier d’affaires, engendrerait une surconcentration des flux en journée. Sans équipement ni service cette zone deviendra un quartier « non vivant » le reste du temps. Le risque majeur est, par la spéculation immobilière et le peu d’habitat à loyer accessible, d’écarter les populations intermédiaires de ce territoire.
Enfin, la Tour Occitanie fait irruption dans le projet urbain comme dans le paysage ! Ce projet d'immeuble de 150 m conduit au pas de charge, sans tenir compte de l’avis des riverains et dérogeant aux règles du PLUiH – absence de logement social et de parkings à vélos – répond avant tout à une volonté d’affichage.
Alors que TESO aurait pu être le symbole de tous les défis de la Cité du futur : démocratiques, environnementaux, sociaux, économiques, il devient l’emblème de ce qu'il ne faut plus faire !

François Briançon, Pdt Groupe Socialiste
Isabelle Hardy, Pdte Groupe Génération.s, Socialisme et Ecologie
Pierre Lacaze, Pdt Groupe Communiste
Antoine Maurice, Pdt Groupe Toulouse Vert Demain

Article mis à jour le 01/07/2019