Groupe Archipel citoyen
Tribune parue dans le magazine municipal A Toulouse n°82 de septembre et octobre 2021.

Enfance au rabais

À l’heure de la rentrée, une ombre plane sur les conditions de garde de nos touts petits. En 2022, elles seront grandement détériorées: à la loi ASAP, qui prévoit de nombreuses mesures au détriment des conditions d’accueil et d’encadrement des enfants (diminution de la surface par enfant, 1 adulte pour 6 bébés -contre 5 aujourd’hui, diminution du taux minimal de personnel diplômé…), s’ajoute l’application stricte du taux d’encadrement minimal prévue par la loi «Peillon».

Depuis 2016, le taux d’encadrement en périscolaire permet d’avoir 1 animateur pour 14 enfants de moins de 6 ans -au lieu de 1 pour 10; et 1 animateur pour 18 enfants de 6 ans et plus- au lieu de 1 pour 14. Ce décret ne fait que fixer des taux minimaux. Libre à chaque collectivité de l’appliquer stricto sensu ou non: à Toulouse, la majorité a choisi.

Les ACCEM de Toulouse (Accueils Collectifs à Caractère Éducatif de Mineurs) ont reçu un mail de la Directrice de l’Éducation expliquant que «la mairie de Toulouse calque l’encadrement périscolaire sur les réglementations nationales». Les structures auront jusqu’à septembre 2022 pour la mise en application. Rappelons que cet «assouplissement» des taux d’encadrement a été largement décrié par les animateurs et leurs syndicats depuis sa mise en œuvre :

  • baisse de la sécurité affective et physique pour nos enfants
  • baisse de la qualité éducative dans les accueils
  • conditions de travail dégradées pour les animateurs

Comme pour la loi «des 1 607h», permettant en principe des aménagements, ce choix d’application autoritaire et sans concertation des décrets, par la majorité, a des conséquences directes sur la pénibilité du travail des agents de la collectivité. Pour rappel en janvier 2021 plus de 50 postes d’atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) ont été ouverts, pour seulement une dizaine pourvue. Comment créer de nouvelles vocations en amplifiant les difficultés de ce travail ?

En décembre 2020, M. Moudenc écrivait que sa volonté était de «permettre à chaque enfant d’étudier dans les meilleures conditions, de réussir et s’épanouir à l’école, c’est le cœur de toute ambition». Cette mesure va pourtant à l’encontre des objectifs du Plan éducatif de Toulouse (PEDT 2018_2021) prévoyant le maintien d’un taux d’encadrement d’1 adulte pour 10 enfants en périscolaire.

Chaque année, au regard de la démographie, le budget nécessaire au fonctionnement lié au périscolaire augmente de 1 à 2 millions d’euros. Il y a 12 M€ à trouver sur la mandature pour assurer le maintien d’un taux d’encadrement acceptable. Dans la 4e ville de France, qui brasse des centaines de millions par ans, la majorité actuelle fait d’autres choix politiques: ici au détriment du bien-être de nos enfants et de leurs encadrants.

Septembre Citoyen : 1 an de recul(s)

En ce mois de septembre 2021, Archipel Citoyen se mobilise à travers tout Toulouse. Partager, rencontrer, échanger, tels sont les maitres mots de ce festival : du débat, à la réunion publique, déambulations, ateliers, balades sonores…

Projections-débats autour du documentaire «Le goût de la politique» de Sandrine Mercier et Juan Hidalgo. 95 minutes retraçant la naissance d’un mouvement citoyen atypique à Toulouse jusqu’aux élections municipales de 2020: Archipel Citoyen. Une aventure collective, un espoir fou et une envie immense de reprendre notre démocratie en main. Émotion garantie!

Retrouvez toutes les dates sur

https://larchipelcitoyen.org/

groupe-archipelcitoyen@mairie-toulouse.fr

Facebook, twitter : Groupe Archipel Citoyen

Les élu(e)s du groupe Archipel Citoyen

Retrouvez cet article à écouter dans le magazine À Toulouse de septembre et octobre 2021